Bonjour et bienvenue,

Merci de visitez également votre Magasine H²O Reef qui democratise le récifal au lien suivant <p><a rel="attachment wp-att-785" href="https://www.facebook.com/lemagh2oreef">Le Mag H²O Reef</a></p>

Merci



 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Réouverture du forum Récifal autrement, les inscriptions sont de nouveaux disponible.
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Sam 08 Jan 2011, 17:36
Derniers sujets
» Info: La mesure pH
par jms Mar 12 Jan 2016, 10:08

» Nano Récif de Nincactus
par Equynox Sam 19 Déc 2015, 01:09

» 14éme Salon Azuréen de l’aquariophilie et terrariophilie ANTIBES (06)
par titus06 Mar 08 Déc 2015, 10:35

» URGENT aquarium 750L équipé marin
par fax84 Jeu 23 Avr 2015, 15:30

» 13éme salon Azuréen de l’Aquario et Terrario d’Antibes (06)
par titus06 Mer 21 Jan 2015, 23:27

» tout jeune en eau de mer
par laurent serge Sam 27 Déc 2014, 22:45

» Un petit nouveau
par HIRO Ven 07 Nov 2014, 08:22

» Présentation waner 72
par waner Lun 08 Sep 2014, 15:03

» bonsoir
par sp1684 Dim 06 Juil 2014, 23:42

» koicentre37
par koicentre37 Ven 04 Juil 2014, 20:22

» presentation
par laurent66 Mer 11 Juin 2014, 10:58

» un petit nouveau de st etienne
par rayan42 Ven 06 Juin 2014, 11:59

» Salutations !!
par elzaeer Mer 12 Fév 2014, 00:14

» nouveau bac de 600L
par dragon84 Sam 04 Jan 2014, 16:40

» nouveau
par fabrice04 Jeu 26 Déc 2013, 10:06

» 12éme Salon Azuréen de l'Aquariophilie et terrariophilie d'Antibes (06)
par titus06 Ven 08 Nov 2013, 13:40

» Présentation
par titus06 Ven 08 Nov 2013, 13:28

» Occasion=> Aqua 1250L Eau de mer (Aqua-Distribution.com)
par Gilles-34 Jeu 22 Aoû 2013, 16:54

» Contente de vous rejoindre
par Benjy1803 Sam 27 Juil 2013, 00:16

» Changement de Bac
par marina84 Ven 24 Mai 2013, 10:05

Les liens

flux du net

Partagez | 
 

 Le déclin de la chimie dans les sciences du vivant, le prochain défi de l'aquariologie?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nataurel
Admin
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 1299
Age : 48
Localisation : Montpellier
Emploi/loisirs : Administratrice

Configuration de mon bac
Type: DSB+Berlinois

MessageSujet: Le déclin de la chimie dans les sciences du vivant, le prochain défi de l'aquariologie?   Dim 14 Mar 2010, 09:15

Le déclin de la chimie dans les sciences du vivant, le prochain défi de l'aquariologie?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le déclin de la chimie dans les sciences du vivant, le prochain défi de l'aquariologie?
La chimie a joué un rôle majeur dans le développement des sciences du vivant ces deux derniers siècles.
Elle s'est d'abord implantée en tant qu'outil, puis elle est devenue incontournable au point de fixer elle même les règles de l'agriculture ou du pharmaceutique, mais aussi de l'aquariophilie.

Aujourd'hui, la pollution des sols nous conduit à un retour au biologique dans les champs, les nouveaux défis médicaux obligent à revenir à l'approche physiologique pour découvrir des traitements.
L'aquariologie suivra-t-elle ce chemin pour redevenir une science des écosystèmes?

Depuis le 18eme siècle, le progrès a toujours été lié au développement de la chimie.
L'essor du pétrole et des alliages métalliques fut d'ailleurs le moteur de la seconde révolution industrielle. Il est aujourd'hui peu de domaines qui n'aient profités de la dynamique des chimistes.
On peut citer l'industrie énergétique qui comprend la pétrochimie, le nucléaire ou le photovoltaïque.
Il y a aussi le textile, l'informatique et son silicium, ou encore la photographie et son bromure d'argent.

La chimie fut aussi une révolution pour les sciences du vivant. On peut caricaturer leur développement ainsi : entre les premières expériences de chimie organique en 1820 et les prémices de la génomique en 1970, la biologie et la chimie n'ont fait qu'un.
En disposant d'un outil capable de caractériser et d'analyser les éléments constitutifs d'un organisme, la physiologie, la médecine ou la botanique ont fait un bond important.
Pendant plusieurs décennies, la compréhension du vivant a beaucoup progressé grâce à l'étude des mécanismes chimiques à l'intérieur et autour des cellules.
Rappelons qu'il y a 150 ans, on considérait que la capacité des composants cytoplasmiques à s'organiser pour donner la vie venait d'un pouvoir mystérieux, divin pour certains, appelé « force intérieure ».
On comprend là toute la portée des progrès réalisés.

L'unisson entre les sciences du vivant et la chimie existe également sur le plan économique.
L'agro-alimentaire et le pharmaceutique ont souvent été regroupés au sein de groupes industriels majeurs.
Sur le plan scientifique ceci est tout à fait cohérent. La méthode pour le développement d'un engrais ou d'un pesticide est la même que pour la découverte d'un médicament.
Le chimiste dispose de collections de molécules et le biologiste propose des méthodes pour mesurer l'efficacité des produit sur l'organisme.
La seule différence réside dans le modèle employé.
Sur le maïs on regardera quelle substance donne les plus beaux grains, sur un parasite de plante on recherchera le poison le plus spécifique afin qu'il tue l'organisme sans porter atteinte à la croissance de l'hôte, et sur le staphylocoque on s'interessera à l'alcaloïde qui inhibe le plus le développement bactérien.


L'approche prospective des chimistes, s'est avérée très lucrative et simple à mettre en oeuvre.
Elle a donc été longtemps privilégiée, au point de rendre obsolète l'étude fondamentale des mécanismes physiologiques des plantes et des animaux.

Depuis une trentaine d'années on s'aperçoit que ces méthodes ne marchent plus. Les agents pathogènes deviennent résistants, les engrais souillent les sols et la thérapeutique chimique atteint ses limites.
Un grand boulversement est donc en train de s'opérer.
On investit à nouveau dans l'étude des plantes afin de produire sans polluer et les societés pharmaceutiques créent des pôles de compétences formés de physiologistes, de médecins et de généticiens pour trouver des nouvelles stratégies, biologiques cette fois, de lutte contre les maladies.
La chimie reprend ainsi sa place initiale d'outil d'analyse, l'écologie et la physiologie végétale redeviennent les bases de l'agronomie et la recherche thérapeutique passe à nouveau par la voie de la recherche médicale.
La biologie retrouve enfin sa place dans les sciences du vivant, il était temps...
L'aquariologie suit un destin identique.
Si la captivité des poissons remonte à très longtemps, l'aquariophilie scientifique a commencé vers le 18eme siècle par la découverte de l'importance des plantes pour éviter l'asphyxie des poissons.
C'était donc à l'origine une science des écosystèmes.
La chimie s'y est introduit d'abord comme un outil, permettant d'analyser les caractéristiques de l'eau, puis, comme avec le pharmaceutique ou l'agriculture, il s'est installé une chimio-dépendance dont on peine à se sevrer.
Un contenant, de l'eau osmosée dans laquelle on met des poudres ou des solutions pour lui donner certaines caractéristiques, puis quelques bactéries spécifiques que l'on inocule, du chauffage et de l'aération : cette description est celle de ce que les biochimistes appellent un bioréacteur fermenteur, un appareillage permettant la synthèse de produits comme l'insuline.
C'est aussi le détail de la mise en eau d'un aquarium.
Il y a là des questions à se poser.

L'aquariophilie consiste à maintenir en captivité des poissons.
De nos jours on se contente d'assurer aux occupants du bac les conditions de milieu compatibles avec leur survie et leur bien-être.
La majorité des tâches d'entretien d'un aquarium rentre dans cette démarche : changement d'eau, alimentation, nettoyage, tout ceci n'est qu'une forme de gestion de ce que consomme et ce que rejette le poisson en terme de minéraux essentiels, de matière organique, de toxines ou de gaz dissouts.
A l'état sauvage, la nature offre des réponses biologique à la régulation de ces paramètres. Il n'est actuellement pas possible de mettre en boite toute la complexité d'un écosysteme, mais l'écologie aquatique saura apporter des outils et des solutions.
Peut être osera-t-on un jour faire cohabiter des poissons avec des nématodes, des protozoaires ou des micro-crustacés, ces petites bestioles qui n'ont pas forcément d'intérêt esthétique mais qui sont capables de détoxiquer une eau et de servir d'aliment.
L'avenir de l'aquariophilie ne sera jamais dans le 100% biologique, mais espérons qu'un jour la chimie redevienne un simple outil, et l'aquariologie une science des écosystèmes aquatiques.

delorme nicolas

source :http://www.aquariomania.net/Le-declin-de-la-chimie-dans-les-sciences-du-vivant,-le-prochain-defi-de-l-aquariologie_a724.html

----------------------------------------------------------------------
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://recifalautrement.forumpaca.net
 
Le déclin de la chimie dans les sciences du vivant, le prochain défi de l'aquariologie?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace de discution :: Les actualitées et événements-
Sauter vers: